FESTAC 2016 : La culture valorisée

0
177

La 13ème édition du festival des Arts et culture medumba a eu lieu du 06  au 24 juillet 2016. Le moins que l’on puisse dire est que cette édition plus que les précédentes aura été un faste.

Commencé dans l’enthousiasme et la ferveur  le 6 juillet, sous le thème ‘’culture et émergence du Cameroun’’, le festival des Arts et Cultures Medumba a pendant 18  jours servi de vitrine, dans un grouillement interrompu seulement par la pause nocturne et souvent bien tardivement, un programme bien agencé, bien cadencé et exécuté sur la houlette d’un comité d’organisation à la hauteur.

Un programme diversifié

Prestations artistiques, forum, formations, consultations médicales,  foire gastronomique et commerciale, activités sportives,  journées culturelles des chefs du Ndé, toute une gamme de manifestation à même de satisfaire de nombreux curieux qui foulent le sol du Ndé en cette période.

Assistance médicale

Le kumntsi Medumba pour l’organisation du festival a joint l’utile à l’agréable en mêlant aux festivités  des soins de santé. Des consultations gratuites ont été organisées pour tous les usagers  sans discrimination. Pendant deux semaines,  le dentiste NGONYA Emmanuel a consulté  gratuitement plus d’une centaine de patients ; sans compter l’assistance des étudiants de l’UDM pour la médecine générale.des petits cas de bobo ont été soulagés avant le départ du centre de santé pour la suite du traitement.

Prestations artistiques :

Près d’une cinquante d’artiste se sont succédés sur le podium pour animer les après midi et les soirées du festival. Parmi eux  les fils du terroir et ceux d’ailleurs, question de prôner une ouverture culturelle. Le  matériel de sonorisation aidant car étant de bonne qualité, chacun à voulu donner  le meilleur de lui pour être à la hauteur de l’évènement et prétendre être invité pour les prochaines éditions.

Foire agropastorale

Les plus gros régimes de plantains se trouvent dans le Ndé est-on tenté de dire à la vue  des plantains exposés sur le site du festival. Le Ndé étant en grande partie agricole, les visiteurs ont vite fait de comprendre qu’ils peuvent investir ici sans avoir peur. L’IRAD détient des variétés de semences améliorées pour booster  la production des denrées. Il suffit de se rendre dans leurs services pour avoir d’amples informations. L’élevage des bovins et des caprins est aussi dense dans le Département du Nouveau Départ Economique. Les festivaliers ont été régulièrement servi par le poisson frais sorti des étangs de kafeng.

Foire commerciale

Des produits vestimentaires, aux produits alimentaires, près de 30 stands bien garnis ont aidés les visiteurs à rentrer avec un article en guise de souvenir. Les objets exposés par catégorie étaient à a hauteur de toutes les bourses.

Foire gastronomique :

C’est la partie du festival qui attire toujours le plus de monde. On dirait qu’il faut se ressourcer pour mieux visiter les autres stands. Dans cette zone de restaurant, l’on pouvait déguster des mets locaux et étrangers. Un stand témoin installé par es organisateurs  n’offrait aux visiteurs que des mets traditionnels. Suite à un sondage, il a été constaté que c’est le stand qui a reçu le plus de visiteurs.

Journées des chefs

Les chefs des villages du Ndé se sont succédé au cours des journées consacrés à eux pour faire revivre  la pure tradition de leur localité. Pendant ces journées, des mets propre à la localité sont apprêtés et les danses, les sketches et du théâtre retraçant  l’histoire de la localité ont été présentés au public toujours très nombreux. Tout au long de ce rendez-vous culturel, économique et agricole, les après-midi étaient réservés aux monarques, les garants  de notre tradition. Cette occasion a permis  au public venu nombreux de découvrir la richesse culturelle du Département  à travers l’exécution de la danse lali, kessou,  mangabeu, dadji, long makombé,etc.  ainsi que la dégustation des mets traditionnels tels le koki, le taro, le kondré, la tenue militaire. L’originalité des  journées  des chefferies étaient l’exposition des œuvres d’arts,fruit du génie créateur des artisans du terroir. Dans la mesure du possible, le promoteur du festival medumba, président National du Kumntsi Medumba, M. NIAT NJIFENJI Marcel, assistait à ces journées. Si certains chefs  gardiens et garants de nos traditions ancestrales ont activement pris part  acti- vement et ont communié avec le public venu d’horizon divers, Malgré le fait que ces journées soient une occasion de rencontre entre chaque chef et ses populations, d’autres par contre ont brillés par leurs absences sans doute parce qu’ils ne comprennent pas encore le bien fondé de ces rencontres. Les activités religieuses, sportives,  les conférences n’étaient pas ignorées Dans  l’ensemble, le festival des Arts et Culture Medumba a été un cadre idéal pour les amoureux de la culture, du tourisme pour découvrir les merveilles du Département du Ndé. A la cérémonie d’ouverture, officielle,  le Ministre des Arts et Culture, Son Excellence Narcisse Mouelle Kombi, n’a pas manqué de féliciter les organisateurs  qui savent toujours  joindre l’utile à l’agréable. Pour renchérir, il dira:   « chaque peuple a un message singulier à porter, à apporter au monde, comme en témoigne la substance de la convention de l’UNESCO de 2005 sur la diversité des expressions culturelles» La particularité de cette édition aura été qu’elle s’est déroulée sur son propre site, mise à disposition par  le Chef de l’Etat et viabilisé par le Patriarche NIAT NJIFENJI Marcel, avec une capacité d’accueil de près de 70 000 personnes. Ce site a désenclavé la zone dite ‘’étang’’ de par le traçage des routes et l’éclairage, ce qui participera à coup sûr à l’amélioration du cadre de vie des popula- tions.

Ide Carine TCHOUNGA

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE