Lancement officiel de révision des listes électorales dans le Ndé

0
43

Lancement officiel de révision des listes électorales dans le Ndé

2018, année électorale toutes catégories confondues pour notre pays le Cameroun. Elecam prend toutes les dispositions à travers le triangle national pour les inscriptions et le renouvellement des cartes électorales. Dans le Ndé, l’agence départementale s’est déportée au cœur de la ville où le représentant du préfet a présidé le lancement officiel des inscriptions sur les listes électorales et juste après lui que hommes, femmes et jeunes en âge de voter s’y sont présentés pour s’inscrire. Près de 150 personnes sont passés, à la grande satisfaction de l’équipe sur le terrain qui est convaincu que ce chiffre ira croissant dans les jours à venir. Daniel Christian NTSIENE MPOUAMZE, représentant du préfet a montré cet exemple d’autant plus qu’il s’inscrit du fait qu’il venait d’être muté dans la localité. La sensibilisation qui se veut à tous les niveaux va à l’endroit des personnes ayant constaté une erreur substantielle sur leur carte d’électeur pour modification sont aussi concernés, non seulement ceux en âge de voter, c’est-à-dire 20 ans ou né en 1998 et en plus possédant une Carte nationale d’identité ou le récépissé de ladite carte. L’on devrait comprendre ô combien l’on sera utile pour le pays, en s’inscrivant le plus tôt possible sur la liste électorale
de sa localité. Sur le terrain, tout se passe bien et c’est ainsi que depuis le lancement officiel, beaucoup de personnes en âge de voter défilent sur chaque point où se trouve l’équipe d’Elécam afin de s’inscrire.
                                                                                                     André Louis DE FEULA

ELECAM : L’honorable Mohamadou Boubacar était dans le Ndé

L’honorable Mohamadou Boubacar se dit satisfait de l’état d’avancement des inscriptions sur les listes électorales dans le Ndé, malgré l’état des infrastructures électorales. Voilà en quoi se résume la descente d’évaluation effectuée par les membres du Conseil Electoral le vendredi 19 janvier 2018. Il faut inscrire la descente effectuée par l’honorable Mohamadou Boubacar, membre dans le cadre de vérification de l’état d’avancement des inscriptions sur les listes électorales, depuis sa relance en cette année électorale et l’évaluation de l’état des matériels électoraux. Il s’agit des kits, du matériel roulant, des lampes, des isoloirs, des groupes électrogènes et autres. Guidé dans sa tournée par Monsieur Djeumen Merlin, chef d’agence ELECAM Ndé, l’honorable membre du Conseil Electoral visitera tour à tour les antennes d’Elections Cameroon de Bangangté, Bazou, Tonga et Bassamba. Il ressort ici et là, que les problèmes et difficultés rencontrés sont les mêmes. On citera entre autres la vétusté des kits, l’état des routes et du matériel roulant pour les antennes des arrondissements reculés comme Bazou, Bassamba et Tonga. Toutefois avant de partir d’une antenne à l’autre, une séance de travail était organisée par l’honorable où les membres de la commission mixte exposaient leurs observations et doléances. En réponse, promesse leur était faite par l’honorable Boubacar quant à la transmission des différentes observations et doléances à qui de droit mais surtout en appelant les uns et les autres à la patience. Toutes les vérifications et évaluations faites, l’honorable Mohamadou Boubacar reste serein quant audéploiement fait par les équipes de Monsieur Djeumen Merlin sur le terrain.
                                                                                                                        Camille Njo

11Ces dernières années, l’équipe de scientifiques financée par l’union européenne à l’origine de la série EcoBot (I, II, III) a généré de l’énergie en approvisionnant  cette machine en déchets alimentaires et matières premières. Les chercheurs œuvrent actuellement à la conversion d’énergie à partir d’urine pour obtenir le même résultat. Le Dr Ioannis Ieropoulos, les professeurs John Greenman, Chris Melhuish, et d’autres chercheurs du Bristol Robotics Laboratory (Brl) au Royaume-Uni, sont à l’origine de la succession des expériences entreprises dans EcoBots I, II et III.
Leur approche unique consistait à créer un système digestif artificiel pour le robot. L’«estomac» du robot est conçu à partir de la technologie innovante des piles à combustibles microbienne (Pacm), qui utilisent les cultures bactériennes pour décomposer la «nourriture» afin de générer de l’énergie. «Au fil des ans, nous avons nourri nos robots PACM de fruits pourris, d’herbe coupée, de carapaces de crevettes et de mouches mortes afin de déterminer quels déchets de matière première leur convenaient le mieux comme source d’alimentation», explique le Dr Ieropoulos. «Nous avons tenté de trouver les meilleurs déchets générant le maximum d’énergie.»
L’accès à l’énergie est l’un des principaux obstacles à l’utilisation répandue des robots autonomes, notamment dans les régions reculées. Les scientifiques pensent que pour qu’un robotsoit totalement autonome, il ne doit pas seulement utiliser son énergie avec parcimonie mais générer cette énergie à partir de son propre environnement. Autrement dit, il doit pouvoir chercher, ramasser et digérer des déchets pour refaire ses réserves, ce qui, à son tour, pourrait contribuer considérablement à la question difficile de la gestion des déchets. Le dernier défipour l’initiative de l’équipe est d’utiliser de l’urine comme source d’énergie pour les PACM. Comme l’expliquait le Dr Ieropoulos, l’urine est riche en azote, en chlorure, en potassium, en bilirubine et autres composants, ce qui la rend idéale pour les PACM. Les tests préliminaires ont déjà montré qu’il s’agissait d’une matière première intéressante. La première étape pour les chercheurs est de faire en sorte que les PACM fonctionnent ensemble dans une série de piles reliées dans un système de flux continu que l’on appelle un «empilement». Un empilement de PACM reliées est plus efficace et produit plus d’énergie que la même quantité de PACM prises individuellement. L’équipe travaille à produire un prototype d’urinoir portable qui utiliserait l’urine pour créer de l’énergie des piles à combustibles. Bien que le
projet n’en soit qu’à ses débuts, les scientifiques pensent qu’une machine de ce type peut être utilisée dans des évènements en extérieur tels que des festivals de musique. En réalité, les chercheurs se sont déjà intéressés aux urinoirs sans eau produits par l’entreprise britannique Ecoprod Technique. Marcus Rose, d’Ecoprod, explique que la collaboration est intéressante et précieuse pour l’entreprise. « Nous avons parlé aux chercheurs qui nous ont expliqué que ce produit était le seul type totalement adapté pour compléter les travaux de recherche. Nous sommes très heureux de contribuer à ce projet unique. »
Dans le cadre du projet EcoBot, les chercheurs cherchent à utiliser la technologie de génération d’énergie des Pacm sous l’eau. L’appareil fonctionnera comme une branchie artificielle, où l’oxygène serait utilisé dans une solution cathodique aqueuse et la matière organique comme biomasse pour les bactéries. « Les progrès dans ce domaine apporteraient une contribution aux défis auxquels nous sommes confrontés dans la production énergétique et le nettoyage des déchets », conclut le Dr Ieropoulos. « Nous espérons que ces travaux de recherche aideront à changer nos opinions sur l’énergie et les déchets humains ».
Recoupé par Bernard Tchami

Bangangté
L’hôpital de district a son appareil d’hématologie.

La cérémonie  de remise  a eu  pour cadre  l’hôpital de district de  Bangangté. Et  c’est le directeur en personne qui a reçu le matériel.  Les soucis  de cet  hôpital  n’ont pas été entièrement assouvis. C’est grâce à la coopération avec des organismes internationaux comme l’OMS qu’on parviendra progressivement à trouver des solutions à quelques préoccupations. C’est une grande joie qui se lit sur les visages du personnel médical et des malades.Pour le Directeur de l’hôpital, l’attente fut longue et très longue même. De nombreux patients ont souffert de l’absence dudit appareil. Il a trouvé des mots justes pour exprimer sa reconnaissance à l’endroit de ceux qui ont permis à l’hôpital d’être doté d’un nouvel appareil. Tous les discours ont convergé dans le même sens avec des recommandations de bon usage adressées au Directeur de l’hôpital.
                                                                                                                      La rédaction

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE