Panthère sportive du Ndé : les beaux jours s’annoncent !

0
188

Le 04 février 2018 restera gravé à jamais dans la mémoire des fils  et filles  supporters  ou sympathisants du fauve du NDE

20 Ce jour était programmé l’Assemblée générale de la panthère, faisant ainsi suite à plusieurs plaintes des supporters
qui en avaient marre des entourloupettes des administrateurs qui depuis plus de quatre ans n’avaient plus songé organiser ne fut-ce qu’un semblant de plate forme où tous les fils et filles, sans distinction, s’y retrouveraient pour donner un souffle nouveau à leur équipe de coeur. Les plaintes s’accumulant, le préfet du NDE, M. Oumarou Haman Wabi a donc décidé de convoquer en date du 8 janvier 2018 les parties belligérantes et les monarques des 13 villages que compte le département dans le but non seulement de leur demander d’éviter les troubles à l’ordre public, mais d’unir leurs forces autour de
cette équipe qui en a vraiment besoin. Sans trouver de compromis ou de consensus des deux camps, le n°1 du département demandera aux monarques d’aller et de trouver au plus vite une solution devant aboutir à l’organisation d’une assemblée incluant tous les fils et filles du terroir Mme le maire de la commune de Bangangté réunira autour d’elle quelques membres du  » conseil d’administration  » (CA) et ceux-ci fixeront une date pour l’organisation de l’Assemblée Générale (AG) sans tenir compte des desiderata de l’autre
partie et le consentement des monarques comme souhaité par le n°1 du département.
Cette date sera le 3 mars 2018. Le 12 janvier, c’est-à-dire 4 jours après la rencontre de chez le préfet, une réunion initiée par les monarques est convoquée et se tiendra à la chefferie Bahouoc. Ce jour, les deux parties, qui se revendiquent de la paternité dirigeante de la panthère sont présentes. D’un côté Mme Chantal Leuwat, PCA sortant, M. Raphaël Bitchebe, DG sortant, de l’autre côté, M. Zacharie Wandja, ancien PCA nommé et qui avait mis il y a 2ans près de 40 millions, M. Ismaël Nzia, Président National des supporters de la PSN qui milite pour l’alternance radicale à la tête du fauve du NDE. On note également la pré-
sence dans la salle de M. Ruben, ancien DG, de M. Yanzeu tchatchou Théophile dit Sakis, ancien président de la panthère, de M. Bertrand Noumen Ngatcha, secrétaire général de la ligue de football du NDE et celle de plusieurs autres personnalités. Cette rencontre est baptisée  » Réunion de REFONDATION » de la PSN. Après moultes discussions toutes allant dans le sens de l’entente des deux parties, il est convenu que « chaque camp formera une équipe d’au plus quatre personnes et ces 2 camps se retrouveront au plus tard le 24 janvier 2018 pour trouver ensemble une date propice à tous pour l’organisation d’une AG, mais que cette date ne soit pas au delà de la fin du mois de janvier. » Le porte parole des monarques du NDE martelera cependant que  » si les parties ne réussissent pas à accorder leurs violons, les chefs seront dans l’obligation de prendre leurs responsabilités’. Le 25 janvier au soir, un communiqué tombe: l’Assemblée Générale Extraordinaire de la Panthère Sportive du NDE est fixée au 4 février 2018 à l’hôtel le Majestic de Bangangte à partir de 9 h. C’est la liesse totale dans la ville de Bangangte et le reste de tousles autres villages du département, sans compter tous les autres fils du Nde disséminés partout sur la planète. Un petit groupe de personnes est cependant hostile à ce communiqué, arguant qu’une A.G.E ne saurait être convoquée par une tierce, si ce n’est le PCA en exercice, selon les textes. Pour répondre à ces personnes les chefs brandissent le Procès Verbal de la réunion du 12 janvier signé par les personnes présentes et donc la PCA qui stipule en l’un de ses points je cite: »….je rappelle par ailleurs qu’au regard de la situation actuelle, les enfants auraient intérêt à se pencher sur le contexte actuel que de s’agripper sur les textes qui n’apportent pas pour l’heure une solution constructive. Dans un élan de noblesse et de respect mutuel, les uns et les autres doivent
échanger afin de parvenir à une plate forme commune pour l’atteinte des objectifs recherchés…..  » dixit les rois des Bahouoc, sa majesté Roger NKAMAJOU, par ailleurs porte parole des monarques du NDE
.

Tenue de l’Assemblée Générale
Extraordinaire

Le 4 février 2018 est donc retenue pour l’organisation de cette A.G tant souhaitée. Ce jour arrive enfin et coïncide avec le jour de l’adoration du seigneur. De nombreux chrétiens font le culte de 6 h afin de ne rien rater de ce qui se passera dans la salle. Chacun veut vivre en direct « la fin du combat ». Un soleil radieux avec une brise de moiteur accueille tous ceux qui entrent dans la capitale du seul département aux trois initiales. Dressé fièrement au coeur de l’avenue commerciale, l’hôtel le Majestic, un joyau architectural souhaite la bienvenue à tous ceux et à toutes celles qui ont mis des lustres sans « mettre » pieds au  » village « . Ce building haut standing fait également chialer certains des fils du NDE qui disaient ne trouver aucun intérêt à faire de bonnes choses dans leur ville natale. Toujours est-il que l’A.G.E se tiendra là dans quelques instants. La salle est pleine à craquer, un haut parleur à été subtilement placé à l’extérieur et transmet fidèlement les sons de tout ce qui se passe à l’intérieur, dans ce sous-sol magistralement habillé pour la circonstance. Personne ne verra le temps passé. A 11 h 40 min, les monarques du NDE font leur entrée suivie 5 minutes plus tard de celle des autorités administratives pilotée par le préfet du NDE en personne. Après quelques formalités d’usage ( lecture de l’autorisation de manifester, exécution de l’hymne national etc) le débat est ouvert. Le modérateur, le colonel Yamba, tient vaille que vaille la barque, entre coupé momentanément par les applaudissements des uns ou la désapprobation des autres. Le débat dure, rien de concret. Le Préfet est interpellé, il demande aux chefs à dire ce pourquoi ils ont effectivement convoqué l’AGE. Les chefs se lèvent tous et déclarent que vu le dysfonctionnement de la société anonyme actuelle, ils sont à la recherche de celui ou celle qui déboursera la somme de 250 à 300 millions pour qu’on lui confie l’équipe. La parole est prioritairement remise à l’ancienne équipe dirigeante qui demande de leur laisser quelques jours. Ce qui n’était pas possible car les délais étaient court pour pouvoir affilier l’équipe. M  Jules François Famawa, digne fils du département, prendra la parole et proposera de donner 200.000.000 f ( deux cent millions de francs CFA) plus une coaster et un minibus pour les entraînements. L’association des chefs traditionnels propose 20.000.000 ( vingt millions), M. Eric Niat propose également 20.000.000 f (vingt millions). Pour remercier Mme leuwat d’avoir bien travailler dans l’ancienne S.A, M. Famawa propose de lui donner 5% de sa mise pour qu’elle reste actionnaire et membre du conseil d’administration de la nouvelle Société Anonyme. Ce qui veut dire que Mme leuwat peut accepter prendre 10.000.000 f (dix millions) et partir ou investir dans la panthère comme étant ses actions. Ceci pour le simple
fait qu’elle a été PCA et qu’elle a bien fait son travail. La joie était perceptible sur tous les visages après ces annonces. Alors que les choses semblaient marcher comme sur des roulettes l’ancienne équipe ne veut rien entendre, Mme le maire de la commune de Bangangté brandit un document et fait savoir qu’aucune S.A ne peut voir le jour sur la même appellation si l’ancienne n’est pas dissoute. En d’autres termes la nouvelle PSN SA ne pourra prospérer tant que celle qui a porté Mme Leuwat PCA est encore valide. Ainsi le préfet propose une rencontre à huis clos entre l’ancienne équipe, les postulants et les monarques. Ce qui est fait. Après leur retour dans la salle, il en ressort que Chantal Lewat et Jules François FAMAWA se chargeront d’affilier l’équipe au plus tard le 10 février, date butoir des
affiliations au niveau de la LFPC. A ce moment, on se demande sous quelle bannière ? La nouvelle S.A ou l’ancienne ? Toujours est-il que les monarques et les deux se retirent pour la signature de la convention finale leur donnant quitus d’agir en lieu et place des intérêts de Nzuimanto. Les choses sont sur le point de trouver un dénouement heureux que débarque Mme le maire. Elle échange quelques instants avec Mme Lewat et patatras. Cette dernière refuse de signer la convention. De source bien introduite, Mme le maire aurait traité les monarques de mendiants. Elle aurait également exigé de faire partir de la nouvelle équipe et dans le cas contraire, « sa sœur » ne signerait pas le document sans lequel rien n’avancerait.

Les monarques ont néanmoins pris sur eux de donner quitus à la nouvelle S.A donc le PCA, M. Famawa ira affilier l’équipe et agira en son lieu et place. Les chefs dépositaires de l’association Panthère sportive du Ndé ont donc signé une convention qui les lie à la nouvelle société SAS en rompant avant l’ancienne qui ne leur rendait aucun compte.

Notons tout de même qu’un expert comptable nous a appris ce dimanche que l’ancienne « PSN S.A n’avait plus de pouvoir sur le plan formel et juridique à cause de son lourd passif dans les comptes. » Ce monsieur continue en disant : « les membres doivent même être poursuivis en justice pour avoir continué à endetter la SA alors qu’ils n’avaient plus le droit ». La question que l’on se pose aujourd’hui est celle de savoir comment se comportera désormais le camp d’en face surtout lorsqu’on sait que Mme le maire lâche difficilement prise après avoir pris position ! Mais seulement, aura-t-elle le courage d’aller au clash contre les monarques ? S’aventurera-t-elle à dé- fier tous ces gardiens de nos traditions ? Pugnace et téméraire qu’elle est, on a bien peur qu’elle ait choisi cette voie qui au fond n’aide vraiment pas la Panthère Sportive du NDE en particulier et tous les fils et filles de ce département en général.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE